Entretien avec Tatiana, depuis Moscou…

78% des Russes vivent en Europe…

Afin de proposer une analyse honnête et précise du conflit en Ukraine, nous avons voulu un regard venu tout droit de Russie. Tatiana (son identité a été changée pour préserver son anonymat) est russe, et habite Moscou. Cet entretien a été réalisé les 3 et 4 mars. La situation a bien évidemment évolué depuis (surtout à Kharkov, dont il est question), mais l’opinion de Tatiana reste valable. Ses propos ont été fidèlement rapportés.

Gaël :

Bonjour Tatiana. Je voudrais savoir comment est médiatisé le conflit en Russie. Quelles sont les infos qui vous parviennent, si vous observez des changements dans votre vie quotidienne, ce que pense l’opinion générale… Acceptez-vous de répondre à nos questions ?

Tatiana :

Bonjour Gaël. Je suis d’accord pour discuter, mais seulement de manière anonyme, car il y a beaucoup de haine et de menaces sur les médias sociaux contre nous, les gens ordinaires russes, de la part des Occidentaux, en particulier du côté des Américains. Par conséquent, pour des raisons de sécurité, je vais m’exprimer anonymement, sans donner mon nom et prénom. De nombreux médias occidentaux écrivent que nous avons peu d’informations fiables en Russie. C’est un mensonge flagrant. Tout le monde en Russie a Internet, tout le monde regarde différentes chaînes dans différentes langues et tire ses conclusions personnelles. Par exemple, je parle anglais, français et allemand (j’ai vécu 5 ans en Allemagne) et je tire des conclusions sur ce qui se passe en Ukraine à partir des médias de tous les pays, et non seulement des médias de la Russie. En plus, j’ai beaucoup de parents en Ukraine. On se téléphone tous les jours.

Ah oui ? Où vivent-ils et que vous disent-ils ?

Mes proches ukrainiens vivent à Kharkov. Eux, leurs connaissances et leurs parents ne perçoivent pas l’action du gouvernement russe comme une attaque. Oui, ils ont peur. La guerre est toujours terrible. Mais ils n’ont pas peur des Russes. Au contraire. Ils ont peur des nazis ukrainiens. Mes proches ukrainiens ont peur que les nationalistes provoquent les Russes et que ces derniers ripostent. Par exemple, devant l’immeuble d’habitation de mon oncle à Kharkov, les extrémistes ukrainiens ont mis des tanks ! Ils ont longtemps été contre Zelensky, contre son gouvernement. Et ils sont nombreux. Mais ils ont tous peur d’en parler à haute voix, puisque personne ne les entend maintenant. Les médias occidentaux ne les interviewent pas, parce qu’ils ne s’intéressent qu’à ce qui parle contre la Russie.

Vous pensez que l’Occident est opposé à la Russie ? Comme deux « blocs », ce qui nous ramène en arrière…

J’ai vécu en Europe pendant 5 ans. J’ai très bien vu comment fonctionne la propagande américaine et comment leur gouvernement affecte l’Europe, entraîne les gens dans ses mensonges et fait sauter les pays européens à travers des cerceaux. Au fait, bien que le film Don’t look up soit satirique, il montre clairement, à mon avis, comment est la réalité dans leur esprit.

Je cite un Français : « J’adorerais voir la réaction des Américains si la Russie ou la Chine faisait une alliance militaire avec le Mexique, le Canada ou Cuba et installait des bâtiments militaires et des missiles à la frontière des États-Unis »1. C’est la même chose aujourd’hui pour la Russie. Bien sûr, je condamne les hostilités. Je suis contre la guerre. N’importe quelle guerre. Et j’ai peur pour notre planète, pour nous tous. Mais je crois que notre gouvernement n’a pas eu le choix. Les Américains se sont trop approchés de nos frontières au cours des 20 dernières années. Ce qui est terrible, c’est que leurs politiciens font leurs affaires sales avec les mains des Européens. Mais je crois que l’Europe se réveillera un jour et réalisera qu’elle est utilisée par l’Amérique.

Gaël, je suis désolée, j’ai dû écrire sous l’émotion. Mais cette situation est vraiment terrible. Et je crois que les réalistes comprendront que ces sanctions contre la Russie affaiblissent non seulement la Russie, mais aussi tous les pays. Le chaos peut commencer dans le monde. Et je crois qu’il sera possible de persuader le président ukrainien Zelensky d’arrêter cette guerre. Cela dépend maintenant de lui, pas du président russe.

Je voudrais vous demander une précision. Vous avez parlé des « nazis ukrainiens ». On a souligné en France que Vladimir Poutine a également employé cette expression. Qui sont-ils ? En quoi sont-ils nazis ?

Les nationalistes ukrainiens sont des extrémistes qui sont agressifs contre les Russes depuis longtemps. Ils détestent les Russes. Ils sont la plupart de l’Ukraine occidentale. Par conséquent, il y a des décennies, il était déjà dangereux pour les Russes d’aller en Ukraine occidentale. Ils n’aiment pas non plus l’Ukraine orientale, car elle n’est pas pro-américaine. Pour le terme “nazis ukrainiens”, cette histoire a des racines dans la Seconde Guerre mondiale, quand ils ont soutenu les nazis. Ils sont encore nombreux en Ukraine. Et ils se battent maintenant2, en utilisant leurs terribles méthodes de lutte, en utilisant leurs propres compatriotes.

Comment se passe la vie à Karkhov pour vos proches ? Vous ont-ils envoyé des photos ou des vidéos de la guerre ?

Ma mère a parlé à mon oncle aujourd’hui. Il continue de travailler. Bien sûr, ils sont inquiets, mais ils ont l’intention de rester dans la ville. Mes cousins veulent partir, mais comme le dit mon oncle, les “nationalistes ukrainiens” ne le permettent pas. Ils n’ont pas de photos et de vidéos, comme ils ne voient pas les combats eux-mêmes. On n’entend que des bruits et des grondements au loin. Il n’y a rien à filmer ou photographier. Dans les rues où ils vivent, rien ne se passe, tout comme d’habitude. L’électricité a été coupée pendant quelques heures hier. Puis rétablie. Et il y a des files d’attente pour le pain. Les produits sont encore dans les magasins. Les distributeurs automatiques ne fonctionnent pas.

C’est bien la situation à Kharkov que vous me décrivez là ?

Oui, c’est à propos de la situation à Kharkov. Mon oncle dit que les nationalistes sont assis dans les étages supérieurs des bâtiments, prêts à tirer. Mais pour l’instant il n’y a pas de combats et de tirs dans leur région. Je ne sais pas exactement. C’est ce que mon oncle a dit à ma mère.

J’ai encore des proches à Lougansk et dans le Donbass , mais ce sont des proches de mon ex-mari. On ne s’appelle pas si souvent. Selon ma belle-mère, ils ont la même opinion que mes parents de Kharkov.

Les Ukrainiens pro-occident sont-ils ceux que vous dites « nationalistes » ? À votre connaissance, sont-ils majoritaires ? Je veux dire, les Ukrainiens souhaitent-ils en majorité rejoindre l’Union européenne, voire l’OTAN ? D’après vous.

Pas tout à fait. Les « nationalistes ukrainiens » sont ceux qui se battent. Et quant aux gens ordinaires, ils sont divisés en parties. L’est de l’Ukraine ne veut pas de l’OTAN et dans l’ouest, oui, il me semble. Beaucoup veulent la rejoindre. Ils ont même une langue ukrainienne légèrement différente. Et ils ne s’aiment pas beaucoup, entre l’est et l’ouest de l’Ukraine…

Je voudrais vous demander, on parle en Europe de gouvernement “autoritaire”, ou de “dictateur”, à propos de Poutine… Est-ce que c’est justifié pour vous ?

Non, ce n’est pas vrai. Absolument pas. Je suis revenue de l’Allemagne parce que j’avais  commencé à comprendre peu à peu ce qu’est “la démocratie occidentale “. En réalité, c’est « deux poids, deux mesures ».  Et la Russie, c’est un pays plus libre. C’est mon opinion personnelle. Je ne suis pas une politicienne, je ne connais pas les nuances. Mais je raisonne sur la base de ma propre expérience et celle de mes amis, mes proches et des connaissances…

Justement, ici on n’a pas l’impression que la Russie soit plus libre, surtout politiquement… On souligne la censure et la manipulation des élections, notamment pour élire Poutine.

Oui, je sais ce qui ce passe en Europe, malheureusement… Ça, je l’ai vu en y habitant pendant 5 ans. A mon avis, chaque élection est une manipulation… La seule différence est que dans les pays  occidentaux, la manipulation est cachée. Mais en Russie, elle ne l’est pas. Tous les politiciens de TOUS les pays jouent leurs jeux…

Les gens sont les mêmes partout, sur toute la planète. Il y a des bons et des mauvais dans chaque pays. Il n’y a pas de différence entre nous. Mais dans les films américains, si le héros du film est russe, alors il est nécessairement mauvais ou il boit de la vodka. Si c’est un homme, alors il est nécessairement grossier ou criminel.  Si c’est une femme, alors elle est nécessairement légère ou criminelle. Dans la situation actuelle, je suis choquée par les gens qui attaquent les réseaux sociaux des Russes. C’est de l’hypocrisie de la part de pays qui se fondent sur la liberté d’expression. Le « deux poids, deux mesures ».

Il se passe quelque chose de terrible partout. J’attends tellement que les Européens se réveillent aussi vite que possible, et comprennent ce qu’il se passe réellement…

Propos recueillis par Gaël Lanoue

1 Mots de « Kublai », pseudonyme sur YouTube d’un Français vivant en Russie depuis 11 ans.

2 Référence au régiment Azov, unité paramilitaire de tendance néo-nazie, placée sous le commandement du ministère de l’Intérieur de l’Ukraine, qui s’est violemment illustrée dans la répression des régions pro-russes.

Une réflexion au sujet de « Entretien avec Tatiana, depuis Moscou… »

  • 7 mars 2022 à 11h46
    Permalink

    Que retenir de ce témoignage, écrit sous l’émotion, aux dires de Tatiana ?
    Les déclarations semblent parfois le reflet du discours russe, une histoire apprise par coeur.
    Les propos du porte-parole de l’ambassade russe à Paris, ce matin sur France 2, paraissaient ici du même “tonneaux”.
    D’autres témoignages seront nécessaires, continuez !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.