Grenoble : la justice suspend l’autorisation du port du burkini dans les piscines municipales

Éric Piolle, maire de Grenoble, autorise le burkini dans les piscines municipales de la ville Ⓒ image libre de droits

Laurent Prévost, préfet de l’Isère, dépose ce mercredi un “déféré laïcité” au tribunal administratif pour contester l’autorisation du port du burkini dans les piscines municipales de Grenoble.

L’arrêté controversé autorisant le port du burkini dans les piscines municipales de Grenoble, 16 mai dernier, est aujourd’hui suspendu. Voté par une petite majorité (29 voix pour / 27 voix contre), l’arrêté municipal grenoblois n’est pas accepté par tout le monde, notamment le ministre de l’Intérieur. Ce lundi, Gérald Darmanin appelle le préfet de l’Isère à faire appel à la justice pour contrer cette autorisation. Laurent Prévost dépose un “déféré laïcité” (ndlr, la loi séparatisme permet au préfet de demander la suspension d’un acte d’une collectivité qui porterait atteinte aux principes de laïcité et neutralité des services publics de la République, appelé déféré laïcité) pour supprimer l’accord mis en place 8 jours plus tôt. Selon lui, cette autorisation porte “gravement atteinte au principe de neutralité du service public“. L’audience aura lieu mercredi 25 mai à 15 heures au tribunal administratif de Grenoble.

Axelle Mariet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.