Société

GHB : la «drogue du viol» pique les soirées étudiantes

Depuis trois semaines, les boîtes de nuit sont de nouveau ouvertes et les témoignages de victimes au GHB reviennent. Top Tendance Twitter, appel au boycott et témoignages à visage découvert, la tendance de la « drogue du viol » fait du bruit. D’autant plus que des cas révèlent une injection à la seringue. Les hôpitaux français, belges, anglais et écossais alertent sur la situation et les établissements scolaires concernés prennent leur responsabilité.

Avoir les mains propres

Depuis maintenant deux ans, l’épidémie de COVID-19 a fait entrer de nouvelles routines dans les mœurs. Se laver les mains se présente comme l’une des plus populaires.